Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > La crise sanitaire accentue la vulnérabilité des p...

La crise sanitaire accentue la vulnérabilité des personnes atteintes de démence

Retour
1 masquescovid

Christine Dahm-Mathonet, nouvelle Chargée de direction à l’Info-Zenter Demenz, a tenu à nous rencontrer pour donner de la voix aux personnes atteintes de démence et à leurs proches, fortement impactés par la crise sanitaire

Le contexte sanitaire actuel fragilise considérablement les personnes atteintes de démence. Ces patients ont tout d’abord une vulnérabilité physique importante en raison de leurs difficultés cognitives et comportementales. 

Christine Dahm-Mathonet nous explique: «Les personnes atteintes de démence ont déjà d’énormes difficultés à comprendre les gestes barrières et les mesures sanitaires, et ont encore plus de mal à s’en souvenir et à les appliquer. C’est pourquoi elles sont confrontées à un risque plus élevé d’infection au Covid-19.»

Les personnes atteintes de démence ont également une vulnérabilité mentale liée à la distanciation physique, au port du masque, à l’arrêt ou la réduction des activités ludiques quotidiennes, à la diminution de la communication non verbale… 

Or, comme le souligne Christine Dahm-Mathonet, «Pour entrer en communication avec une personne démente, le contact physique (prendre la main, toucher l’épaule…), le regard, la mimique, etc… sont essentiels. Tous ces changements vécus depuis plus d’un an accentuent encore l’isolation sociale, l’anxiété et les confusions. Ce mal-être entraîne parfois des comportements de frustration de la part des personnes atteintes de démence, comme par exemple des crises de colère ou d’autres comportements agressifs.», ajoute-t-elle. 

De nombreuses familles sont attristées de voir que l’état physique et les fonctions cognitives de leur proche diminuent drastiquement et irréversiblement, notamment lorsque celui-ci doit être isolé. «Le déclin des personnes touchées par la démence est considérable. Or c’est un impact de la crise sanitaire dont on ne parle que très peu.», fait remarquer Christine Dahm-Mathonet.

L’épuisement de l’entourage

La crise sanitaire augmente la vulnérabilité des personnes atteintes de démence qui deviennent dès lors plus dépendantes de leurs proches. 

Christine Dahm-Mathonet: «Pour l’entourage, devoir prendre soin d’une personne atteinte de démence devient plus compliqué en temps de crise sanitaire. Depuis plus d’un an, les familles qui prennent en charge leur proche malade à domicile le font «sans pouvoir souffler», et souvent sans répit. Un cercle vicieux s’installe: plus les familles sont débordées, plus elles sont fatiguées, moins elles sont résilientes et plus la relation avec leur proche dément se détériore. De nombreuses personnes qui prennent contact avec notre service sont complètement épuisées.»

Pour éviter les situations de stress: 

  • Anticipez au maximum les besoins et documentez-les (directive anticipée, transmission d’informations (journée type, habitudes, médicaments,…) pour soignants/service relais au cas où vous ne pourriez plus prendre en charge votre proche, etc). 
  • Maintenez autant que possible une routine dans la vie de votre proche atteint de démence. 

Cet article a été réalisé par

Vous l'avez aimé ? Rendez-vous sur leur site !


Article réalisé par Letz be healthy
Voir plus d'articles

Contactez-nous