Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Grossesse: à quels changements physiologiques dois...

Grossesse: à quels changements physiologiques dois-je m’attendre ?

Retour
4 enceinte

Une grossesse entraîne des changements physiologiques dans tout le corps de la future maman, avec un retour à la normale après l’accouchement. En prenant conscience de ces modifications physiologiques, les femmes enceintes se sentiront mieux dans leur corps, et il est certain que leur prise en charge thérapeutique (gynécologue, médecin généraliste, kinésithérapeute…) se déroulera dans les meilleures conditions.  

Les changements physiologiques durant la grossesse affectent bien plus que le système reproducteur…

Progestérone, oestrogène, relaxine 

La progestérone va entraîner une diminution du tonus des muscles lisses, c’est-à-dire des muscles involontaires, avec plusieurs conséquences possibles lors de la grossesse: 

  •  Incapacité motrice du sphincter oesophagien, situé entre l’estomac et l’œsophage, avec augmentation du risque de brûlure d’estomac et de reflux gastro-oesophagien. 
  • Diminution du péristaltisme et risque de constipation. 
  • Diminution du tonus de la vessie et dilatation des uretères (canaux qui relient la vessie aux reins) pouvant entraîner une stase urinaire et prédisposer ainsi la femme enceinte aux infections urinaires. 
  • Diminution du tonus urétral (l’urètre est le canal qui permet l’évacuation de l’urine) et par conséquent augmentation du risque d’incontinence urinaire. 
  • Dilatation des vaisseaux sanguins avec une diminution du retour veineux et de la tension artérielle. Ces deux aspects vont potentiellement causer des étourdissement et des pertes de conscience au 2e trimestre de grossesse.

Durant la grossesse, l’oestrogène permet la croissance de l’utérus et des conduits lactifères. Cependant, cette hormone entraîne également une augmentation de la rétention d’eau et de sodium avec l’apparition d’oedèmes ainsi qu’une augmentation du glycogène vaginal avec une augmentation du risque d’infection vaginale. Enfin, l’oestrogène va permettre l’expansion des fibres musculaires. La relaxine augmente l’extensibilité du collagène surtout au niveau du bassin, du col de l’utérus, des capsules articulaires et du plancher pelvien. Cette hormone permet également l’expansion mammaire et une inhibition du myomètre (muscle au niveau de l’utérus) jusqu’à la 28e semaine. Il faut savoir que le taux de relaxine a un pic à 12 semaines et se stabilise à 50% à partir de la 17e semaine. Ce taux augmente à nouveau lorsque l’accouchement est imminent.

Concernant la prise de poids gestationnelle, la recommandation est variable selon l’indice de masse corporelle (IMC). Généralement, la prise de poids est de 10 à 20 kilos. 

Le système respiratoire  

Les changements physiologiques lors de la grossesse concernent également le système respiratoire. Il se produit entre autre une expansion thoracique et un remodelage de la cage thoracique, une augmentation de la consommation en oxygène…

Le système urinaire

 La présence de glucose et de protéine dans l’urine, ainsi qu’une augmentation de la fréquence urinaire sont normales lors de la grossesse. Marie-Hélène Nadeau précise: «Comme déjà expliqué précédemment, les femmes enceintes ont une prédisposition aux infections urinaires liée à la vidange incomplète de la vessie et à la dilatation des uretères qui entrainent une stase urinaire. Quant à l’incontinence urinaire, elle concerne 50% des primipares et la plupart des multipares pour plusieurs raisons: diminution de l’efficacité du sphincter urinaire, pression du foetus sur la vessie, grossesses et accouchements antérieurs.» 

Pourquoi est-il conseillé aux femmes enceintes de dormir sur leur côté gauche ?  

Lorsque la femme enceinte est en décubitus dorsal (allongée sur le dos), l’utérus volumineux risque de comprimer la veine cave inférieure et entrainer une chute de la tension artérielle. Ce syndrome se produit chez 10 à 20% des femmes enceintes à 24 semaines d’aménorrhée. «Il faut faire attention car même si la femme ne présente aucun symptôme (étourdissement…) en étant allongée sur le dos, la position peut quand même affecter la circulation sanguine. Il est donc vivement recommandé de dormir ou de faire les soins en décubitus latéral gauche pour favoriser un meilleur retour veineux et une meilleure irrigation sanguine.», explique Marie-Hélène Nadeau, physiothérapeute en musculo-squelettique et rééducation périnéale et pelvienne à Montréal, lors de son webinaire. 

Vigilance accrue 

Face aux symptômes fréquents liés à la grossesse, il est nécessaire de prendre des précautions particulières et de tenir compte des contre-indications. 

Précautions: 
  • Électrothérapie, mobilisations articulaires, décubitus ventral et dorsal, tests et exercices d’équilibre, étirements 
  • Soulèvement de charge, il serait contre-indiqué: 10-15kg>10x/jour, 15-20kg >5 fois/jour, > 20 kg en tout temps 
Contre-indications: 
  • Chaleur en région abdomino-pelvienne durant le 1er trimestre, électrothérapie, manipulation articulaire, certains points d’acupression 
  • Redressement assis après 1er trimestre
  • Manœuvre de Valsalva (une méthode de respiration qui permet de ralentir le cœur lorsqu’il bat trop vite) 
  • Station debout >4-6h/jour. 
Source: Webinaire de Marie-Hélène Nadeau, physiothérapeute en musculo-squelettique et rééducation périnéale et pelvienne à Montréal. Celui-ci a eu lieu le 1er mai 2021. 

Cet article a été réalisé par

Vous l'avez aimé ? Rendez-vous sur leur site !


Article réalisé par Letz be healthy
Voir plus d'articles

Contactez-nous